Forum RP du fantastique et du paranormal
Bienvenue sur ce forum de roleplay dédié au fantastique et au paranormal.

Vous êtes bien sûr libre de visiter les lieux, mais sachez que le contenu est à réserver à un public averti, disons déconseillé au moins de 16 ans qui pourraient se trouver heurtés.

PEGI 16, par analogie vidéoludique, soyez donc prévenus !

Merci de respecter cet avertissement !

Alzrim R'lythoazartoth [Fini]

Aller en bas

Alzrim R'lythoazartoth [Fini] Empty Alzrim R'lythoazartoth [Fini]

Message par Alzrim R'lythoazartoth le Sam 11 Mai - 21:55

Surnom(s) : « Le prof de philo », « le mec bizarre », « l’ancien », « l’Innommable », « l’Architecte », « Le Seigneur de l’Onirique », etc.
Âge : « J’ai vu tant d’étoiles naître et mourir au cours des âges. »
Lieu de naissance : « Au-delà de l’espace et du temps »
Race : N’yarloto’hominum (Avatar « humain » d’un être cosmique)

Physique

Sous forme humaine (habituelle) :

Yeux : Orange
Cheveux : Blanc
Taille : 2 mètres
Poids : 87 KG
Corpulence : Plutôt robuste, malgré l’âge
Vêtements et/ou style : Habituellement, un costard blanc
Signe distinctif : Un regard plus ou moins glaçant jetant un certain froid
Caractéristiques raciales : Peut changer de forme, d’apparence et de sexe, s’il le souhaite.

Sous forme démoniaque :

Taille : Gigantesque
Apparence : Amalgame grotesque et indescriptibles de vides et de chaires en perpétuel mutation
Signe distinction : Tous mortels qui osent ne serait-ce le regarder en deviennent fous ...

« Le domaine de l’inconnu est également celui de l’imprévisible, d’un pour nos ancêtres primitifs, une terrible et omnipotente source de bienfait et de calamité déversée sur l’humanité, dont nous ignorons tout et auquel lequel nous sommes totalement étranger. » - H.P. Lovecraft.

Bouillonnant, Chaos nucléaire, Masse rampante, R’lythoazartoth connut sous d’innombrable nom comme le Chaos Etincelant, le Démon du Vide, le Murmereur, le Dieu des étoiles, l’Innommable, l’Architecte, a existé tout autant depuis le commencement des temps et n’a jamais existé à la fois. D’ordinaire, nul ne pourrait imaginer sa véritable apparence. Dans la mesure du possible, cette entité apparaîtrait dans notre univers matériel sous la forme d’une masse grotesque et immense en mutation perpétuelle et agitée qui semble danser du choitement tenu et du claquement de ses milliards de dents, de pinces, de tentacules et autres masses grotesques. Du moins, la réalité est que sa présence est telle qu’elle dépasserait la logique des simples d’esprits, même le plus fou des mortels ne pourraient à peine le concevoir, car sa forme est une insulte à la logique, le rationnel, l’intellectuel et même l’imagination limitée des races de ce monde insignifiant. Dans le meilleur des cas, le mortel qui verrait son aspect perdrait instantanément la raison et en deviendrait fou. Dans le pire, son corps et son esprit pourraient en être changés, si son cerveau et sa chaire n’a pas fondu telle une glace sous un soleil suffocant.

Fort heureusement, R’lythoazartoth ne peut entrer dans notre univers matériel, car sa masse et son esprit est telle qu’elle est en total contradiction avec les lois physiques de notre univers matériel. Bien que sa puissance et son pouvoir ne connaît aucune limite que même le plus fou des mortels ne pourrait appréhender, ce sont en réalité ces dernières qui l’empêchent de pénétrer au sein de notre univers matériel. Tout comme l’homme qui ne peut se faufiler dans un trou de souris ou encore dans une fourmilière, l’univers ne pourra jamais entrer en contact physique (du moins de manière direct plus exactement) avec R’lythoazartoth. Si telle était le cas, notre univers cesserait alors et instantanément d’exister. Néanmoins, R’lythoazartoth peut en revanche entrer en contact psychiquement et mentalement avec tous êtres qui pensent de notre univers. Du moins, ceux qui cherchent à entrer en contact avec lui. Il peut ainsi apparaître à tout hasard dans vos rêves, vos cauchemars, vos hésitations ou même lorsque vous rêvassez pendant un court instant. Tous ceux qui ont pu entrer en contact avec cette entité décrit un sentiment de peur tétanisant, d’angoisse stressant, de malaise profond, mêlé d’un sentiment de désir intense, de plaisir honteux et d’une étrange nostalgie perverse. Tant qu’aux rares qui ont pu voir son véritable visage, mieux vaut ne pas parler de ces pauvres malheureux …

Même s’il ne peut entrer dans notre univers matériel, R’lythoazartoth peut en revanche envoyer une infime partie de lui-même dans notre univers. Cette infime partie séparée est équivalente à un avatar de jeu vidéo dans lequel le joueur se projette dans cet univers dématérialisé pour y jouer. Tout comme l’adolescent qui s’amuse à s’incarner à travers son avatar, R’lythoazartoth aime jouer avec son ou plutôt ses « avatars » dans les différents univers matériels parsemant le vide de l’existence. Ces avatars bien qu’étant attaché à leur « père » (ou plutôt à leur corps d’origine) possèdent chacun leur propre apparence, leur propre trait de caractère et de personnalité. Alzrim est l’un de ces avatars. Bien qu’il cache son apparence sous les traits d’un homme âgé dans la cinquantaine d’année, sa véritable apparence pourrait en réalité provoquer effroi, folie et exaltation perverse. Cependant, pour pouvoir efficacement s’infiltrer dans notre monde, il se présente (habituellement) sous les traits d’un vieil homme âgé dans la soixantaine d’année, mais d’une corpulence tout de même robuste. Portant habituellement une assez longue barbe et une courte chevelure blanchâtre, Alzrim se présente ainsi comme un homme sage et bienveillant. Néanmoins, seuls ces mystérieux yeux orange traduisent et reflètent sa nature mystérieuse et incompréhensible pour les mortels jetant à la fois un certain froid et une étrange admiration.

Caractère

« Je t’observe. Je discerne dans tes yeux la haine que dissimulent tes gestes précieux. Je t’écoute. Je connais la terrible noirceur qui se cache derrière tes habiles mensonges. Je t’attends à la frontière de la folie. Je savoure la souffrance de ton esprit, ton désir de résoudre cette énigme. C’est dans les plus sombres abîmes de ton âme que je me suis niché. Dans ces ténèbres, j’attends mon heure. J’attends patiemment le moment où tes yeux s’ouvriront et où tu réaliseras que c’est uniquement par ma volonté que tu respires. Car je suis R’lythoazartoth, et toi, tu n’es qu’une marionnette qui danse au son de ma mélodie. »


Éternel, infini, immortel, nul ne saurait et ne pourrait décrire la mentalité et la psychologie de R’lythoazartoth, car cette chose ou plutôt cette entité dépasse physiologiquement non seulement la logique et la raison humaine, mais également mentalement, défiant alors l’imagination et la réflexion n’importe quel être pensant de notre univers matériel. Tenter de comprendre ou même ne serait-ce d’expliquer la mentalité profonde de R’lythoazartoth est inutile, car s’il faudrait donner une comparaison approximativement pertinente, un insecte, une fourmi par exemple ne peut et ne pourra jamais comprendre ou évaluer la puissance et l’intellectuelle que l’homme, cette race de bâtisseur est capable de penser et de faire. Tout comme une masse d’insectes, pour les milliards d’yeux de R’lythoazartoth, nous ne sommes rien de plus qu’une petite masse organique d’un monde isolé qui change et évolue au fil des cycles. Pour aller encore plus loin, il est nécessaire et je dirais même indispensable d’oublier et d’enterrer toutes ces morales éthiques que dès à notre naissance, nous avons été inculqués par nos géniteurs et la société. Nul ne sert de dresser des conceptions purement humaines comme le bien et le mal pour l’immortel « Innommable », car son esprit dépasse largement ses notions superflues. Cependant, R’lythoazartoth n’est pas indifférent aux êtres peuplant ce monde, car toutes les pensées et les émotions de notre univers sont perçues par ses milliards de sens.

« L’éternel infini » perçoit les craintes, les espoirs, les désirs, les haines et les rêves de tous les êtres vivants de l’univers. Toutes ces minuscules prétentions et humeurs individuelles forment ensembles ce qu’on appelle le terreau du changement (dans lequel R’lythoazartoth se baigne et se nourrit), celui où fleurisse les désirs, où se fructifie les plans et où mûrissent les rêves. Lorsque le misérable soupire son désespoir dans la nuit, lorsque le guerrier hurle sa rage dans la bataille, lorsque la demoiselle désire son prince, c’est le « Seigneur de l’Onirique » qui est à l’écoute. Aux yeux de R’lythoazartoth, les mortels sont emplies d’ambiguïtés, mais mènent leurs vies sans se soucier des contradictions qui les affligent. Le « Maître des étoiles » ne peut s’empêcher de s’imiter dans les affaires du monde matériel. Ainsi, l’entité envoya à travers les mondes et univers mortels, ces copies de lui, ces clones ou plutôt ces enfants que l’on nomme ces avatars. Bien que ces derniers puissent (par la forme) être différents par le caractère, la personnalité et les goûts qu’ils abordent. Tous sans aucune exception, abritent en eux la sagesse et la pensée paradoxal et incompréhensible de R’lythoazartoth. Même si Alzrim se montre comme un vieil homme sage, polis, courtois et patient. Sa véritable nature peut paraître soit fascinante pour certains, froide pour quelques-uns, voir inhumaine et dangereuse pour d’autres. Mais, peu importe de ce qu’on peut penser de lui, Alzrim poursuivra son but. Ce n’est pas un hasard si celui-ci sous sa forme humaine comme un professeur et un philosophe, car cette science est à ses yeux bien plus qu’une vulgaire discipline intellectuel, mais un art visant à surpasser les limites de l’esprit et de notre propre nature. Si les enseignements et la philosophie d’Alzrim peuvent tantôt paraître ennuyeuses pour beaucoup et effrayantes pour les plus curieux. Pour quelques-uns en revanche, ce savoir peut-être alors une porte d’entrée vers des connaissances et des perspectives à la fois effrayantes et fascinantes, mais qui par leurs approches et leurs réflexions, sont certainement inconnus et inimaginables pour le commun des mortels …

Histoire

« L’histoire de l’humanité est vaste, si vaste que nombre événements ont été jusqu’alors mythifié ou oublié. Même si les hommes du XXIème siècle ont certes une meilleure connaissance du passé et des anciennes civilisations humaines, plus on remonte loin dans le temps, plus le passé semble davantage appartenir aux mythes et à la légende qu’à l’histoire. À vrai dire, même si nous avons tous appris que la première civilisation humaine est apparue en Mésopotamie avec l’invention de l’écriture au milieu du IVème millénaire, nous ne savons que peu de choses sur ces âges jusqu’alors révolus, oubliés dans les profondeurs insondables des âges et dont les civilisations ont fini par s’effondrer dans les sables du temps. La réalité est que nul ne sait quand, comment et à quelle époque l’homme a pu s’ériger du stade de bête, puis de races bâtisseurs. On ne saurait dire si le phénomène des civilisations humaines est un événement récent dans les âges de la Terre ou au contraire quelque chose qui a traversé le temps. À peine reste-il quelques briques de souvenirs et de gloires révolues racontés dans les rares textes et les quelques contes comme la célèbre épopée de Gilgamesh.

Difficile de dire pour un homme du XXIème siècle si telle ou telle histoire est réelle ou de simple légende. De toute manière, à chaque époque, la vie est bien trop difficile outre mesure et de plus il risquerait de soulever des questions qui ne devraient pas l’être. Cependant, des traces de cette histoire perdurent, les grandes bibliothèques abritent de gigantesques archives remplient de parchemins, de livres et de tablettes poussiéreuses en pierre. La tâche qui incombe pour les historiens et les archéologues est tout simplement titanesque. Démêler les écrits révisionnistes ou véridiques y est difficile, voire impossible. Le seul être capable de se souvenir parfaitement de cette histoire, est un simple professeur de philosophie enseignant dans une banale école de magie qui a accompagné secrètement et été témoin de l’évolution de notre espèce. Cependant, nul ne sert de lui poser des questions sur ce passé lointain, car selon ces propos, la synthèse de ces connaissances dissociées nous ouvrira des portes jusqu’alors inconnu qui pourrait même remettre en question l’ensemble de nos pensées rationnelles, sans oublier les fondements même de nos civilisations et de notre morale. » - Mathias J. Martin (né en 1860 et mort en 1937), professeur d’Histoire Antique de l'Institution Sintheatre de 1883 à 1930
Alzrim R'lythoazartoth
Alzrim R'lythoazartoth

Messages : 4
Date d'inscription : 17/10/2016
Localisation : Partout et nulle part

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Alzrim R'lythoazartoth [Fini] Empty Re: Alzrim R'lythoazartoth [Fini]

Message par L'homme en noir le Dim 12 Mai - 12:15

Tant de lovecraftismes, je ne peux que valider d'office ! Very Happy

Souhaites-tu ajouter ou modifier quelque chose sur la fiche avant que je ne la scelle dans les présentations validées ?
L'homme en noir
L'homme en noir
Administrative Power

Messages : 71
Date d'inscription : 27/09/2016

Voir le profil de l'utilisateur https://roleplay-fantastique.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Alzrim R'lythoazartoth [Fini] Empty Re: Alzrim R'lythoazartoth [Fini]

Message par Karess le Dim 12 Mai - 20:03

Je te salue, divin concurrent...
Karess
Karess

Messages : 54
Date d'inscription : 30/09/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Alzrim R'lythoazartoth [Fini] Empty Re: Alzrim R'lythoazartoth [Fini]

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum